Welink Legal Welink Legal
Comment créer une entreprise : le guide

Comment créer une entreprise : le guide

Welink Legal

Welink Legal

La création d’une entreprise est un important projet comprenant plusieurs étapes de sa conception à son aboutissement. La première consiste à déterminer le domaine d’activité vous intéressant. Vous devez ensuite approfondir cette idée en réalisant une étude de marché. Les données recueillies vous permettent de trouver des partenaires et des financements. 

 

Les avocats, les experts-comptables et d’autres professionnels vous aideront à peaufiner les détails de votre projet de création d’entreprise. Ces spécialistes sont en mesure de vous conseiller sur le choix du statut juridique ou la mise en conformité avec la loi. Pour en savoir plus sur toutes les démarches à suivre, découvrez dans ce guide comment créer une entreprise.

 

 

Sommaire :

 

1. Définissez et évaluez votre idée d’entreprise

  • a. Savoir identifier les opportunités

  • b. Trouver une idée de création d’entreprise
  • c. Déterminer la pertinence du concept choisi

2. Étudiez le marché et positionnez-vous

  • a. L’étude des clients potentiels
  • b. L’étude des concurrents
  • c. L’étude de la rentabilité et de la viabilité

3. Passez à l’action et trouvez des partenaires

  • a. Dégager du temps pour la réalisation de votre projet
  • b. Trouver un ou des associés
  • c. Identifier vos partenaires et vos interlocuteurs privilégiés

4. Créez votre univers de marque

  • a. L’importance d’une forte image de marque
  • b. Les étapes de création d’une identité de marque
  • c. Déterminer la personnalité et la vision de votre marque
  • d. Choisir votre nom de marque 
  • e. Définir votre slogan 
  • f. Déterminer votre logo 

5. Choisissez votre structure juridique

  • a. Entreprise individuelle
  • b. Auto-entreprise
  • c. SARL et EURL
  • d. SAS et SASU

6. Faites un business plan

  • a. L’intérêt d’établir un business plan
  • b. Les éléments figurant dans le business plan
  • c. Les caractéristiques d’un business plan convaincant

7. Gérez votre logistique

  • a. Trouver un local adapté à votre activité
  • b. Optimiser votre productivité et votre compétitivité 

8. Mettez-vous en conformité avec la loi

  • a. Société individuelle
  • b. Société commerciale

9. Préparez le lancement et définissez votre stratégie commerciale

  • a. Définir les objectifs et leur délai de réalisation
  • b. Définir les plans d’action avec les ressources nécessaires
  • c. Définir les indicateurs de suivi et de performances clé

10. À retenir

 

 

1. Définissez et évaluez votre idée d’entreprise

 

Toute création d’entreprise débute par une idée de l’activité que vous comptez exercer. Que vous en ayez déjà une ou que vous la cherchiez encore, il vous faudra ensuite déterminer sa faisabilité. 

 

 

Savoir identifier les opportunités

Trouvez une idée d’entreprise en vous basant sur votre propre expérience. Tenez compte des difficultés que vous rencontrez au quotidien dans votre vie privée, estudiantine ou professionnelle. Vous déterminerez ainsi, proposer des solutions pratiques et efficaces destinées à résoudre les problématiques constatées. Elles pourront également servir à d’innombrables personnes confrontées à la même situation. 

 

Discuter avec vos proches vous permet de vous inspirer de leur vie. Organisez même des réunions et des débats autour des sujets les préoccupants. Le but est de mieux connaître leurs problèmes et leurs attentes. Vous obtenez aisément des détails essentiels vous permettant de peaufiner votre produit ou votre service. 

 

Si vous proposez déjà des marchandises ou des prestations à votre entourage, fiez-vous à leurs retours. Prenez en considération les remarques positives par rapport à votre savoir-faire et votre expertise. 

  • Vous êtes doué pour la décoration : cette piste vous permet de vous lancer dans une carrière de décorateur professionnel. 
  • Vous êtes capable de créer d’incroyables articles de mode : cela indique que vous pouvez lancer votre propre marque.
  • Vous avez un don avec les chiffres : il vous est donc possible de devenir un consultant en comptabilité.

 

Il vous est tout à fait possible de monétiser votre talent et votre expertise. Vous avez ainsi l’avantage de maîtriser un domaine en particulier. Sinon, un bilan de vos compétences peut aussi vous aider à définir celle que vous devez exploiter. 

 

 

Trouver une idée de création d’entreprise

Effectuez une recherche sur la Toile pour connaître les tendances commerciales du moment. Certains secteurs d’activité rencontrent plus de succès grâce à des contextes favorables. Vous le noterez dans les articles relayés par les magazines professionnels. Vous pouvez aussi trouver l’inspiration en vous rendant dans les salons, les foires et autres évènements dédiés. 

 

Une veille systématique vous permet également de rester informer des concepts à succès à l’étranger. Vous devriez alors l’adapter au marché français. Sinon, consultez les avis laissés par les consommateurs sur les forums de discussion et les réseaux sociaux. 

 

Relevez les remarques et les points négatifs et définissez si vous pourrez trouver des solutions efficaces et rentables. Il vous est ainsi plus facile d’identifier les attentes et les besoins du public.

 

 

Déterminer la pertinence du concept choisi

Si vous lancez un concept innovant, vous devrez effectuer des recherches complémentaires. Le but est de vous assurer que personne n’y avait encore pensé avant vous. Vous pourrez alors déposer un droit d’auteur ou un brevet pour protéger vos innovations. Dans le cas où vous voulez concurrencer des entreprises déjà existantes, vous devez mettre en avant les plus-values de vos services ou de vos produits. 

 

 

2. Étudiez le marché et positionnez-vous

 

L’étude de marché revêt une importance capitale lors de la création d’entreprise. Elle vous aide à mieux déterminer le statut juridique adapté et les démarches à entreprendre en ce sens. 

 

Le but est de recueillir toutes les informations utiles et pertinentes sur les composants du marché. Vous pouvez vous en charger vous-même ou solliciter le service d’un expert en marketing. Celui-ci a les compétences requises en matière de prospection de marché.

 

 

L’étude des clients potentiels

Elle consiste à mener des enquêtes et des entretiens auprès du panel représentatif de votre public cible. Vous évaluerez alors le potentiel économique de vos prospects ainsi que leur nombre. Vous pourrez aussi établir leur profil en fonction de leurs comportements d’achat :

  • fréquence ; 
  • lieux privilégiés ; 
  • budget consacré ; 
  • critères motivant l’achat ; 
  • niveau de satisfaction. 

 

Ces éléments vous permettent d’anticiper la probabilité de croissance de votre activité. En ce qui concerne la technique, procédez à un sondage via des questions courtes, simples et ouvertes. Donnez aux consommateurs la liberté de s’exprimer sans restriction sur un produit, un service ou une marque. Cette stratégie vous aide à mieux identifier leurs attentes et leurs besoins. 

 

Les données recueillies vous permettent aussi d’adapter vos produits ou vos services aux besoins immédiats du marché. Vous pouvez opter pour des entretiens individuels ou des enquêtes de groupe. Chaque méthode vous aide à avoir une meilleure compréhension des clients potentiels. Vous mettrez ainsi  en place les techniques marketing et les stratégies de communication appropriées.

 

 

L’étude des concurrents

Elle vous permet de réaliser un inventaire des prestations et des produits déjà disponibles sur le marché. En plus du nombre d’offres, déterminez les caractéristiques principales : 

  • prix ; 
  • qualité ; 
  • garanties ; 
  • service de livraison ;
  • service après-vente. 

 

Vous pourrez ainsi concevoir une offre compétitive tout en travaillant le positionnement de votre entreprise. Les résultats de l’étude vous permettent d’identifier vos concurrents directs et indirects, notamment leur part du marché. Analyser leurs stratégies de développement vous aide à mettre en avant leurs forces et leurs faiblesses. 

 

Vous pourriez aussi avoir une idée du pourcentage de réussite des sociétés par rapport à leur pérennité. L’évaluation des facteurs de risque vous offre la possibilité de déterminer les dispositions à prendre. Dans ce cas, vous devez vous concentrer sur les sociétés existant depuis au moins 3 ans.

 

 

L’étude de la rentabilité et de la viabilité

Estimez le potentiel économique de votre entreprise et votre capacité de générer des revenus via vos activités. Cet outil vous permet d’avoir une projection de votre chiffre d’affaires. Il vous aide également à calculer vos charges prévisionnelles, en l’occurrence le fond de démarrage et les frais d’exploitation. 

 

Grâce aux données collectées, vous identifiez plus facilement vos besoins de financement. Vous avez des arguments concrets pour convaincre vos investisseurs et vos partenaires.

 

 

3. Passez à l’action et trouvez des partenaires

 

Effectuez les premières démarches requises à la création d’entreprise. Prenez rendez-vous avec les personnes, les associations et les organismes capables de vous aider.

 

 

Dégager du temps pour la réalisation de votre projet

Votre situation détermine les actions concrètes à entreprendre. Trois options s’offrent à vous en tant que salarié : 

  • prendre un congé pour créer et lancer votre entreprise ; 
  • continuer à travailler et s’occuper de votre création d’entreprise en parallèle ; 
  • démissionner et vous consacrer pleinement à activité d’entreprenariat. 

 

Avec cette dernière possibilité, vous devez parler de votre projet à votre employeur. Généralement, les deux parties tombent d’accord sur une rupture conventionnelle. 

 

En tant que demandeur d’emploi, vous devez signaler votre démarche à Pôle Emploi. Cet organisme a mis en place des dispositifs destinés à favoriser la création ainsi que la reprise de société. Il peut aussi vous accompagner dans vos démarches de création

 

Si vous être chef d’entreprise, il est normal de vouloir diversifier ses activités. Vous devez alors vous entourer de collaborateurs fiables et compétents. Vous leur confierez la gestion de votre société en votre absence.  

 

 

Trouver un ou des associés

Selon la taille et le statut juridique de votre structure, vous pourrez avoir besoin d’au moins un associé. Effectuez des recherches au sein de votre propre réseau. Beaucoup d’entrepreneurs découvrent la perle rare parmi leurs proches, que ce soit dans leur environnement personnel ou professionnel. Néanmoins, vous devez établir des règles dès le départ pour éviter les malentendus. 

 

Sinon, vous pouvez aussi vous adresser à un réseau d’entrepreneurs et de chefs d’entreprise. Les associations d’étudiants vous permettent également d’entrer en contact avec de jeunes diplômés ayant la volonté d’entreprendre.

 

 

Identifier vos partenaires et vos interlocuteurs privilégiés

Établissez un bilan des compétences nécessaires pour vous aider à créer votre entreprise. Vos partenaires doivent également vous permettre de faire fonctionner votre société.

 

  • Chambre de commerce et d’industrie : Vous y trouvez facilement des conseils et des informations relatives au lancement de votre activité professionnelle. Ils concernent, notamment, la santé et le fonctionnement des marchés. Vous avez aussi les règlementations, les formations et les annuaires professionnels concernant votre activité.
  • Avocat : Cet expert juridique vous aide à protéger votre concept, vos innovations et votre idée de marque. Il connaît les législations relatives, lui servant de référence à la rédaction des actes au gré du développement de votre entreprise.
  • Banquier : Privilégiez une relation de qualité basée sur la confiance et la transparence. En effet, il doit être en mesure de vous conseiller dans vos projets. Généralement, il soutient la croissance de votre société et vous aide à passer les caps difficiles.
  • Expert-comptable : Ce professionnel du métier des chiffres garantit une gestion sereine de votre comptabilité. Il vous aide à respecter toutes vos obligations légales.

 

Adressez-vous également à un assureur. Il vous propose toutes les couvertures adaptées à votre activité par rapport à la taille de votre entreprise et aux risques potentiels. Les assurances s’appliquent aux biens matériels, aux personnes et à votre trésorerie.

 

 

4. Créez votre univers de marque

 

La création d’une image de marque est une démarche chronophage et fastidieuse. Vous devez tenir compte des valeurs relatives pour avoir une forte identité. Recourez au service d’expert en branding pour vous accompagner et vous conseiller tout au long de ce processus. Il en maîtrise effectivement les codes visuels et graphiques. 

 

 

L’importance d’une forte image de marque

La marque est bien plus que le nom ou le logo de votre entreprise. Elle détermine la perception des consommateurs par rapport à vos services et vos produits. Il est donc important de faire bonne impression et de transmettre des émotions afin d’améliorer votre réputation. 

 

Choisissez une identité visuelle, graphique et textuelle que vous pouvez faire évoluer au fil des années et au gré de vos stratégies marketing. Dans tous les cas, soyez toujours cohérent et logique par rapport à votre concept et votre idée d’entreprise. Ceux-ci représentent le fil rouge auquel vous devez toujours vous référer. 

 

 

Les étapes de création d’une identité de marque

Boostez la notoriété de votre image de marque grâce à une étude détaillée de votre secteur d’activité. Le but est d’avoir une bonne connaissance des comportements de vos clients potentiels. Ceux-ci vous permettent de développer une identité de marque susceptible de capter leur attention. Vous devez garder en tête que votre plan d’action en termes de marketing et de communication se basera sur cet élément.

 

 

Déterminer la personnalité et la vision de votre marque 

Rédigez une phrase ou un court paragraphe vous permettant de vous démarquer de vos concurrents. Vous pouvez y inclure votre prospection de vente ainsi que votre engagement si vous œuvrez pour une cause spécifique. Choisissez aussi 3 à 5 adjectifs définissant vos points forts tels que votre sérieux et votre professionnalisme. Sinon, la métaphore par rapport à un animal, une célébrité ou une équipe de sport peut vous être utile dans votre description.

 

 

Choisir votre nom de marque 

Il doit immédiatement évoquer votre entreprise. Privilégiez un nom inimitable et qui vous distinguera de la concurrence. Une dénomination avec une signification large vous permet plus facilement de diversifier et d’accroître vos activités ultérieurement. Vous pouvez ainsi inventer un mot ou opter pour terme sans rapport avec votre secteur. 

 

Il est également possible de jouer avec l’orthographe en changeant les lettres tout en préservant le sens initial. Sinon, la contraction de deux ou trois mots est tout aussi efficace qu’un acronyme original.

 

 

Définir votre slogan 

Il constitue votre carte de visite auprès des consommateurs. De ce fait, vous devez vous assurer qu’il soit bien accrocheur pour qu’il ait un fort impact. Vous avez d’ailleurs la possibilité de le changer au fur et à mesure de l’évolution et du développement de votre entreprise.

 

 

Déterminer votre logo 

Son design doit s’inspirer de la personnalité et du nom de votre marque. Privilégiez un logo simple et facile à mémoriser. Intégrez dans votre visuel des éléments que le public puisse associer automatiquement à votre entreprise.

 

 

5. Choisissez votre structure juridique

 

La structure juridique définit le cadre légal de votre activité. Vous avez différentes possibilités au choix par rapport aux particularités de votre établissement. Elles ont toutes des répercussions sur le régime fiscal et social, les formalités de création d’entreprise et la gestion de votre société. Un expert juridique est en mesure de vous aider dans cette démarche. 

 

Vous devez alors vous poser les bonnes questions : 

  • comptez-vous entreprendre seul ou avec des associés ?
  • votre projet requiert-il d’importants capitaux ? 
  • envisagez-vous un rapide retour sur investissement ainsi qu’une forte croissance de votre activité ? 
  • quel type de rémunération vous convient-il en tant que dirigeant ? 
  • avez-vous besoin d’une bonne couverture sociale ?

 

Les réponses pourront alors vous aiguiller sur la structure juridique correspondant réellement à vos besoins et vos attentes. Le professionnel en droit rédige le contrat de société relatif. 

 

 

Entreprise individuelle

Avec cette forme juridique, vous agissez en votre nom propre. Aucun capital minimum n’est donc requis et votre responsabilité n’est pas limitée. Vos créanciers peuvent ainsi exiger un remboursement de vos crédits avec votre patrimoine personnel. Quant au régime fiscal, il se base sur celui de l’impôt sur le revenu.

 

 

Auto-entreprise

Cette structure a le même principe que l’entreprise individuelle sauf en termes d’obligations fiscales et comptables. Celles-ci sont allégées, favorisant une meilleure gestion de vos finances. 

 

Cependant, vous devez respecter diverses contraintes pour bénéficier de ce statut. Elles concernent, entre autres, votre chiffre d’affaires annuel. Il doit être inférieur au plafond imposé par la législation que ce soit pour les prestations de services ou pour l’achat-revente. 

 

Vous profitez également d’un abattement forfaitaire sur votre chiffre d’affaires et d’une exonération de TVA. En ce qui concerne les impositions des bénéfices, elles dépendent de votre type d’activité.

 

 

SARL et EURL

Ces structures s’appliquent aux sociétés commerciales. La responsabilité des associés se limite uniquement aux apports financiers dans le capital social. La seule différence réside au niveau du régime fiscal. Pour le SARL, vous êtes soumis à l’impôt sur les sociétés (IS). 

 

Vous pouvez opter pour l’impôt sur le revenu (IR) sur les cinq premières années de votre activité. Si vous choisissez de créer une société  EURL, votre régime fiscal se base sur l’IR. Il vous est possible de choisir l’IS. Cependant, cette option est irréversible et irrévocable.

 

 

SAS et SASU

La différence entre ces structures de sociétés par actions simplifiées se situe au niveau du nombre d’associés. Comme pour les SARL et EURL, leur responsabilité concerne seulement leur apport financier. Dans ce cas, les créanciers sont dans l’incapacité de demander un remboursement sur le patrimoine personnel. Quant au régime fiscal, il se base sur l’IS avec possibilité d’opter pour l’IR sur une période de 5 ans.

 

 

6. Faites un business plan

 

Le business plan est un document regroupant des informations essentielles sur votre projet de création d’entreprise. Il vous permet de lever des fonds et de trouver des financements. Il met aussi en avant l’équilibre entre vos recettes et vos dépenses.

 

 

L’intérêt d’établir un business plan

Cette étape obligatoire vous aide à : 

  • avoir une idée concrète de votre chiffre d’affaires sur le court et le long terme ; 
  • déterminer les échéances de paiements de vos crédits ; 
  • identifier les frais de fonctionnement de votre entreprise ; 
  • choisir le régime fiscal le plus approprié ; 
  • définir vos cotisations sociales et leurs échéances ; 
  • calculer le fonds de roulement garantissant la viabilité de votre société.

 

Ce document est à transmettre aux banques et aux investisseurs. Ils l’étudient en détail afin de déterminer le sérieux et la rentabilité de votre projet. 

 

 

Les éléments figurant dans le business plan

Vous devez y présenter votre projet, en l’occurrence les besoins auxquels répond votre produit ou votre service. Vous indiquez ainsi le marché sur lequel vous vous positionnez avec les conclusions de l’étude que vous avez menée. Vos compétences et celles de vos associés ou de votre équipe ont une forte valeur ajoutée pour votre société. Elles permettent de rassurer les investisseurs sur la viabilité du projet.

 

Vous devez aussi ajouter une présentation de votre modèle économique. Elle détaille la gestion de l’entreprise afin d’être rentable. Elle inclut, entre autres, les stratégies marketing à adopter pour attirer les prospects et les transformer en clients. Ajoutez également des documents détaillés et précis en annexe : 

  • le tableau des investissements ; 
  • le plan de financement initial ; 
  • le compte de résultat des 3 premières années ; 
  • le plan de trésorerie sur une période de 12 mois ; 
  • le calcul du seuil de rentabilité ; 
  • le plan de financement à 3 ans ; 
  • le tableau des annuités de crédit.

 

Faites vérifier ces éléments par votre expert-comptable avant de les soumettre à votre banquier ou vos investisseurs potentiels.

 

 

Les caractéristiques d’un business plan convaincant

Une présentation soignée et impeccable laisse une bonne impression afin de susciter un intérêt favorable pour votre projet. Insérez un sommaire avec pagination correcte en indiquant les informations présentées et détaillées dans le business plan. 

 

Soyez alors logique dans la hiérarchisation des éléments. Quand vous affirmez un point, citez toujours vos sources d’informations. Ajoutez également des illustrations pour être plus précis. 

 

Un business plan comprend, notamment, entre 10 et 30 pages en moyenne. Pour éviter de l’alourdir, constituer un autre dossier pour regrouper les pièces justificatives.

 

 

7. Gérez votre logistique

 

La logistique constitue un levier stratégique pour toute personne souhaitant créer son entreprise. Elle vous permet d’organiser chaque tâche afin de gagner du temps. Bien aménager votre local vous aide à optimiser votre travail et celui de votre équipe. Il est donc important de définir vos critères d’exigence au cours de votre prospection immobilière. 

 

Déterminez également les processus que vous pouvez automatiser pour améliorer votre performance. La logistique s’avère aussi très utile lorsque votre activité dépend du flux de matériels, notamment si vous avez recours à la sous-traitance.

 

 

Trouver un local adapté à votre activité

Le type de bien immobilier à rechercher dépend de votre activité et de vos exigences. 

 

  • Domicilier votre entreprise individuelle chez vous 

Cette option est possible si aucune disposition contractuelle ou législative ne vous l’interdit. Elle s’adresse aux entrepreneurs individuels travaillant exclusivement chez leurs clients. Elle convient également aux prestataires de services ayant aménagé un local adapté à leur activité, leur permettant d’exercer dans les meilleures conditions. 

 

Cela concerne, notamment, les praticiens spécialisés dans la médecine douce. Dans tous les cas, il faut se renseigner auprès de la mairie et fournir le justificatif de jouissance du bien immobilier. Il vous est possible de domicilier votre entreprise chez vous, que vous soyez propriétaire ou locataire.

 

  • Louer un local

La location d’un local constitue une solution idéale, notamment si vous envisagez d’ouvrir une boutique ou un bureau. Vous avez la certitude de trouver le bon emplacement pour bénéficier d’un maximum de visibilité et construire votre image de marque. Vous devez seulement vérifier au préalable la conformité des lieux avec la nature de votre activité. Il vous faut également comparer les charges des biens immobiliers et les clauses des baux de location avant de signer un contrat.

 

  • Acheter un local

L’achat d’un local est intéressant pour la création d’entreprise à condition de disposer des fonds nécessaires. Le montant des loyers vous permettra de régler le crédit immobilier ou le prêt relatif à l’achat du matériel. Vous devez, cependant, vous assurer de la pérennité de votre activité. Vous aurez alors le budget requis pour vous acquitter de toutes les charges fixes sans problème. 

 

 

Optimiser votre productivité et votre compétitivité 

En vous concentrant sur votre organisation, vous mettrez en place une bonne gestion de la logistique. Cet outil de compétitivité a une importante fonction stratégique dans la coordination de vos ressources et de vos marchandises.

 

  • Flux de matériels

La dimension technique se réfère aux marchandises : 

  • à leur transport ; 
  • à leur manutention ; 
  • à leur stockage ; 
  • à leur emballage ; 
  • à leur livraison auprès des clients et des distributeurs.

La logistique implique ainsi l’utilisation des machines et des véhicules. Vous devez penser à l’aménagement de vos locaux, à la sécurité de vos produits et à la gestion des retours le cas échéant.

 

Quant à la dimension fonctionnelle, elle permet de garantir : 

  • la qualité des marchandises ; 
  • la rationalisation des coûts ; 
  • la rapidité de livraison. 

Leur optimisation permet d’optimiser le réseau de circulation des flux de produits.

 

  • Flux d’informations

Il est important d’instaurer une communication permanente entre les services de votre entreprise. Le même principe s’applique également avec tous les prestataires concernés par la chaîne d’approvisionnement. Vous pouvez alors prévoir les besoins de vos clients et anticiper les ruptures de stock. De cette manière, vous êtes toujours en mesure d’assurer les commandes.

 

 

8. Mettez-vous en conformité avec la loi

 

Les formalités de création d’entreprise dépendent du statut juridique que vous choisissez.

 

 

Société individuelle

Les démarches administratives et juridiques  pour créer ce type de structure sont relativement simples. Vous devez vous rendre au Centre de formalités des entreprises (CFE) où vous déclarerez votre activité. En plus du formulaire P0 auto-entrepreneur, vous devez aussi fournir les pièces suivantes : 

  • déclaration de non-condamnation ; 
  • justificatif de domicile de moins de 3 mois ; 
  • déclaration d’insaisissabilité. 

 

Le CFE compétent dépend de la nature de votre activité : 

  • la chambre des métiers et de l’artisanat (CCA) pour les activités artisanales ; 
  • la chambre de commerce et de l’industrie (CCI) pour les activités commerciales ; 
  • l’URSSAF pour l’activité libérale.

 

Vous devez ainsi vous renseigner au préalable afin de mener à bien votre projet de création d’entreprise.

 

 

Société commerciale

Concernant une société à vocation commerciale, vous devez vous occuper de différentes démarches juridiques et administratives : 

  • la rédaction des statuts  définissant l’organisation et le fonctionnement de votre structure ;
  • le dépôt du capital social auprès d’un notaire ou à la banque ;
  • une publication dans un journal d’annonces légales du département de votre entreprise.

 

Les justificatifs de ces actions constitueront le dossier à remettre au greffe du Tribunal de commerce ou au CFE. Vous recevez un récépissé de dépôt de création d’entreprise en attendant l’extrait d’immatriculation. Ce document représente le précieux sésame vous permettant de démarrer votre activité.

 

 

9. Préparez le lancement et définissez votre stratégie commerciale

 

Elle consiste à la mise en œuvre des moyens commerciaux et marketings visant à acquérir des clients et augmenter votre chiffre d’affaires. La stratégie adoptée aura une répercussion sur le développement commercial de votre entreprise. 

 

 

Définir les objectifs et leur délai de réalisation

Vous devez vous fixer des objectifs précis, quantifiables et réalistes. Cette démarche fait partie des étapes de création d’entreprise. Il peut s’agir d’une concrétisation de 1 000 ventes ou de 100 prospections lors du premier mois de lancement de votre société. Établissez des priorités afin d’éviter de vous disperser. 

 

Vous pouvez ainsi vous concentrer pleinement sur les actions essentielles. Déterminez ensuite les délais de réalisation par rapport aux données collectées au cours de l’étude de marché.

 

 

Définir les plans d’action avec les ressources nécessaires

Ils concernent la prospection des clients via les évènements professionnels tels que les salons, les expositions ou les foires. Gagnez aussi en visibilité à travers les bons canaux de distribution. Le but est de se forger une bonne réputation auprès des consommateurs et se faire recommander. 

 

Pour mener à bien les actions définies, vous pouvez vous constituer votre propre équipe commerciale en recrutant des personnes compétentes. Sinon, vous avez la possibilité de recourir au service d’une agence marketing, à la fois expérimentée et qualifiée.

 

 

Définir les indicateurs de suivi et de performances clé

Ces éléments concrets vous permettent de mesurer les résultats des actions entreprises : 

  • chiffre d’affaires ; 
  • nombre de visiteurs de votre site internet  ; 
  • nombre de clients ; 
  • abandon du panier ; 
  • nombre de nouveaux contrats.

 

Déterminez les indicateurs relatifs à votre activité, à la taille de votre structure et aux moyens que vous avez déployés. Choisissez également les bons outils pour un suivi optimal.

 

 

10. À retenir

 

Créer une entreprise requiert des connaissances de base en législation, en comptabilité et en marketing. Vous devez ainsi réunir toutes les conditions favorables à la concrétisation de votre projet. Commencez par trouver la bonne idée et la développer en effectuant des recherches poussées sur le domaine d’activité de votre prédilection. 

 

Entourez-vous de personnes compétentes et expérimentées pour mener à bien toutes les formalités légales nécessaires. Les professionnels des métiers du chiffre vous seront également d’une grande utilité tout comme les experts en marketing. Chacun d’entre eux vous aidera à concrétiser votre création d’entreprise.

Trouvez votre avocat près de chez vous Plus de résultats

Vous êtes Avocat ?

Référencez votre cabinet sur le premier guide des avocats